Bon pour les non initiés, Twitter est le réseau social où l’on suit des personnes et où des personnes nous suivent…et le tout produit un fil d’information.

Et l’autre jour, je m’interrogais sur ce qui fait que je suis telle ou telle personne, et voici les critères qui excluent déjà un certain nombre de comptes:

1) Si c’est une tête d’oeuf, je ne suis pas (j’aime bien voir une photo ou une image, plutôt une photo d’ailleurs)

2) les comptes dont les tweets sont fermés, je ne suis pas (c’est contraire à l’esprit de twitter ou en tout cas au mien)

3) les comptes d’entreprise assez rarement (je préfère Jeanine de Bonduelle que suivre le compte Bonduelle)

4) quand je vais sur le compte twitter, si la personne ne fait que balancer des infos sans interagir avec des gens, je ne suis pas car c’est juste un compte automatique d’information

5) si la personne twitte trop de politique ou des sujets éloignés de mes sujets de prédilection (recrutement, RH, réseaux sociaux…), je ne suis pas

6) si pas de bio, je suis rarement (sauf si je connais ou si il y a un lien vers un profil plus détaillé…et encore)

7) si la personne twitte 1 fois/mois, je ne suis pas (ben oui à quoi ça sert!)

Et vous, c’est quoi vos critères?

C’est fou, mais ca continue depuis déjà plusieurs années…On ne se connait pas et pourtant je recois une demande de mise en relation sans message personnalisé, sans bonjour, sans présentation.
C’est comme arriver en soirée et demander les coordonnées d’une personne sans la connaitre ni se présenter…Bref imaginez l’effet.
Alors si on ne se connait pas, j’apprécierai au moins un message personnel sur Linkedin, ca me parait le minimum syndical.
Et même les gens qui se disent des “experts” des réseaux sociaux “oublient” souvent ce message!
Je ne comprends pas pourquoi les gens ne prennent pas le temps d’écrire un petit mot qui prend 30 secondes…oui 30 secondes. Je vois peut-être une explication, l’application Linkedin sur mobile…avec cette application, c’est difficile d’envoyer un message personnalisé…

Je ne sais pas, c’est quand même affligeant!

J’ai de la chance de faire ce que je veux.
Enfin, souvent les clients sont aussi au RDV et peuvent mettre la pression…
Mais en tout cas, je peux une grande partie du temps travailler à distance…écrire des articles, travailler sur des missions de conseil, gérer les missions par skype.

Quand je vois le soleil et le bien que cela me fait, je crois que l’an prochain, je vais me faire un mois au Brésil pendant l’hiver tout en continuant de travailler.
Pourquoi le Brésil?
C’est mon 2e pays (j’y ai vécu 4 ans) et j’ai des très bons amis qui peuvent m’accueillir…les djouli, Georges, Gaetan…bref ca me tente bien.

La liberté, voilà le luxe! La liberté de choisir, la liberté de s’organiser, la liberté d’aller sans quémander.

Je faisais les courses au Simple Market du coin ce soir…et au moment de payer, j’entends ma caissière qui s’adresse à sa voisine de caisse, en lui disant dans un grand soulagement “plus qu’une heure!”.

Ca m’a rappelé mes années BHV comme caissier, quand je n’attendais qu’une chose, c’est que la journée se termine.

Oui j’étais comme ces 2 femmes, je me disais aussi plus qu’une heure en fin de journée.

C’est tellement important de faire quelque chose qu’on aime…

Et alors plus qu’une heure dans votre boulot?

Avec Jean-Christophe (mon associé à Link Humans), nous revenions d’un RDV client de province l’autre jour, Jean-Christophe s’est aussitôt mis au travail dans le train. Nous revenions d’une journée intense d’audit et de travail et j’avais vraiment besoin de souffler.

Donc je me suis mis à lire le journal et écouter de la musique….tout en rêvassant dans le train. J’ai besoin de rêver, de réfléchir pour prendre de la distance et surtout me décontracter et m’aérer le cerveau. Cela me fait du bien et me régénère profondément. Je ne fais rien à part regarder le paysage défilé tout en écoutant de la musique…et ce sont ces moments là où j’ai de nouvelles idées et j’arrive à me préparer pour les étapes suivantes.

Rêver pour moi est essentiel, j’explore, je réfléchis, je m’évade, je vais ailleurs, je me projette… je me décontracte.

Et je ne peux pas faire autrement, j’ai besoin de mes moments de rêve et c’est d’ailleurs pour ça que je n’ai jamais aimé les open space car on ne sent pas légitime pour rêver (imaginez la tête de vos vosins ou de votre boss…on devrait instituer un droit au rêve)…rêver oblige à une certaine solitude et un renfermement.

Quand j’étais petit, j’ai très mal vécu un déménagement et mon échappatoire, c’était mes sessions de rêveries et lectures dans ma chambre….un livre et plein d’images dans la tête.

Aujourd’hui je ne suis pas beaucoup différent car j’ai encore besoin, dans la folie de la journée, de ces moments de rêve. Lever la tête au ciel, tout un programme pour moi.

Et vous, vous rêvez pendant votre boulot? Est ce que vous vous sentez le droit de rêver?

Je suis très fier du travail réalisé par Marion Muller et Jean-Christophe Anna….Cette vidéo représente vraiment l’esprit de Link Humans.

Fun, vidéo et pro quoi!

Donc si il y a des étudiants qui me lisent, regardez cette vidéo et si vous êtes la personne qui se joindra à nous, je peux vous garantir que vous bosserez sur des projets innovateurs, différents et challengeant. Le négatif est que nous payons le minimum pour ce stage mais vous préferez 1.000 euros pour un stage où vous allez vous ennuyer ou 436 Euros avec un stage ou vous allez apprendre beaucoup de choses avec une visibilité sur le marché?

Et puis j’aime les jeunes donc j’essaierai de vous challenger tout en donnant un maximum de feedbacks.

Hier soir j’ai eu le plaisir de recevoir un mail d’un ami, Julien Revol annoncant le lancement de sa ligne de produits cosmétiques.

Woman Essentials, une gamme de produits pour les femmes comme son nom l’indique. Beau design et concept innovant sur une part du marché mal couvert par les grandes marques traditionnelles.

Un ami entrepreneur de plus dans mon entourage. Il y a Alix Tafflé qui a lancé Morning Croissant, un concurrent sérieux de RbnB, Nicolas Sanfaute, producteur de cinéma et François Xavier Saint-Martin qui a monté sa boite de marketing au Brésil. Et l’on est tous de la même origine, classe préparatoire de Caen 1993-1995.

Et oui, on nous rabat les oreilles avec la génération Y (qui pour moi est un concept bidon), mais la génération X est aussi créatrice et pleine d’idées. Nous aussi on veut indépendance et capacité à faire ce qu’on veut, plaisir et autonomie, challenge et variété!

Bravo à tous mes amis pour le courage de se lancer et bons vents, le chemin est plus important que le but (enfin normalement:)

Jeune j’aimais le comment…comment faire, comment y aller, comment ca fonctionne…et quand je dis jeune jusqu’à plus de 30 ans.

Après quelques leçons de vie, je me rends compte que le pourquoi est le plus important. Et je pense souvent au pourquoi car le pourquoi donnera toute sa force au comment. Le comment suivra.

Le comment n’a aucune importance tant qu’il n’a pas un minimum de sens.

Je suis un fan absolu du film “gladiateur” car justement le heros incarne cette question du pourquoi avant le comment. Un pourquoi basé sur des valeurs fortes.

Le comment est le raccourci que l’on veut prendre. Le CV avant le projet professionnel, la solution avant de donner du sens au problème. C’est facile et rapide, ca répond à un besoin immédiat, ca soulage.

Le pourquoi c’est le chemin long, c’est l’interrogation, c’est le temps long, c’est la source, c’est la réflexion, c’est difficile.

On y voit pas que des choses agréables, on n’est pas dans l’action anxiolytique, l’action qui soulage.

Et vous vous êtes quoi, pourquoi ou comment?

Je suis en colère quand je vois des coachs qui parlent d’assertivité et n’en ont pas pour 2 sous ou ces personnes formées en psychologie qui sont encore moins psychologues  que la personne moyenne…

J’ai fait une formation en psychothérapie il y a 6 ans…cette formation a duré 5 ans avec 1 stage d’une année en psychiatrie.

J’ai donc côtoyé beaucoup de coachs et de psychologues pendant plusieurs années…et finalement je me suis rendu compte que ces personnes faisaient souvent ce métier non pas pour soigner l’autre mais bien pour se soigner.

Et j’en suis la preuve. J’ai fait cette formation comme une façon de me soigner, de m’interroger…je me suis menti à moi-même en déclarant vouloir être psy mais au final, cela a été plus une école de la vie pour moi qu’une formation avec un débouché professionnel.

 

Le vrai problème apparait quand la personne est persuadée d’aider les autres sans avoir conscience de ce biais…et surtout de la motivation profonde. Pourquoi elle fait ce métier? Qu’est ce qui l’a amené à faire ce métier?

Quand j’ai fini ma formation, j’ai enfin compris que je faisais la formation pour moi et pour me soigner quelque part…alors qu’au départ ma motivation était “altruiste”.

On en revient toujours au sens…quel est le sens pour moi ? Pourquoi ?

Pourquoi je m’enferme dans la posture de psychologue ou de coach ?

 

Dans ces 2 milieux, il y autant de personnes mal dans leur peau que dans tout autre milieu…le risque c’est ce que ces coachs ou psychologues n ‘en aient pas conscience. Et le cachent ou se mentent à eux-même!

Alors oui, je crois fondamentalement que tout psychologue et coach devrait faire un travail sur soi pour être plus à même de pratiquer son métier.

Faire ce chemin de vérité, ce chemin d’interrogation, ce chemin de confrontation.

Sans être psychologue ni coach, j’ai décidé de faire ce chemin il y a 8 ans…et c’est pas toujours agréable…

J’ai fini la biographie sur Steve Jobs il y a quelques jours…

Un peu radical le type mais sacrément intéressant pour quelqu’un comme moi qui cherche à faire de mon entreprise, une entreprise durable…mais cela m’a aussi inspiré aussi pour les conférences que j’organise et les cours que je donne pour Reims Management School.

Je cite “personne n’aime les conférences en revanche les gens adorent les histoires” c’était son crédo…donc pas de blabla avec des slides super compliqués. Simplifier le contenu et le message pour le rendre digérable!

Dans la semaine, j’étais en train de préparer mon intervention pour Paris Executive Campus sur les réseaux sociaux et recrutement et je me suis dit que j’allais faire un choix radical: supprimer toutes les slides et seulement donner les slides et le contenu après l’intervention.

En lieu et place, je réunirai les étudiants en cercle avec leur chaise avec un seul ordinateur. Je raconterai les histoires et exemples à suivre à partir de leurs questions, et je ferai des démos sur l’ordinateur au fur et à mesure.

Mais je n’ai pas eu le courage…je me suis dit qu’ils avaient besoin de structure même si je pouvais la donner moi-même.

Je vois mes cours comme un chemin et casser la structure traditionnelle de l’enseignement est tellement difficile…du côté des étudiants qui paraissent souvent perdus quand je leur donne la parole. Alors je force les choses, notamment en introduisant des boîtiers de vote et en cassant l’arrangement traditionnel d’une salle de classe (je déteste les rangs d’oignon)…en faisant des tours de table comme une formation professionnelle ou en leur donnant des éléments simples et en les laissant générer le reste de la réponse (qui est souvent meilleure que la mienne).

C’est long mais j’y arriverai…et la prochaine fois, sans slide?

 

Bon, il y a plus qu’à vous souhaiter une belle année 2012…

Je n’ai pas de résolutions pour 2012 car cela ne sert strictement à rien, je me suis promis de laisser “faire” la vie.

Bilan 2011, Link Humans crée en France, une conférence organisée et réussie, plein de belles rencontres et un retour en France qui arrive. J’ai trouvé un appart dans Paris…du côté d’Alésia.

Donc 2012 qui se profile,boulot, boulot et encore boulot…on est en plein développement avec de super défis: nouveau business, enseignement, recrutement pour grossir…

Et comme promis voici la vidéo de ma performance en Père Noël..Si vous regardez jusqu’à la fin, ma nièce dit: “il amène que ça le Père Noël?!”.

Et le personne légèrement hystérique qui parle du Père Noël à côté, c’est ma mère (LOL) aussi contente que sa petite-fille!

Et donc en 2012, RDV sur Paris :) Et comme dirait Calogéro, “je te la souhaite aussi, l’embellie” (Ok certains vont questionner mes goûts musicaux :)

Le stress monte. Vous voyez le type en barbe blanche et costume rouge sur la photo?

C’est moi…je ne pense pas que vous puissiez me reconnaitre…enfin j’espère…

C’etait hier pendant les répititions avant le D-Day, j’ai essayé mon costume. Je me suis mis un coussin pour me faire grossir, j’ai enfilé barbe et pantalon, mis 2 chapeaux de noël, mis des fausses chaussures…bref la totale.

Et on a mis un plan d’action et de déroulement pour ne pas que Chloé (ma nièce) me reconnaisse (c’est elle sur la 2e photo).

Et du coup le stress monte…du bon stress certes car ca va être marrant…il n’empêche.

Au départ, je pensais jouer le père noël facilement sans m’organiser, arriver et faire “ohohohoh” et donner les cadeaux. En fait non, la spontanéité là était bien au départ mais même jouer au père nöel demande de la préparation si on ne veut pas que la petite fille se rende compte que le père nöel n’est que son oncle…qui fait l’imbécile.

Le prix pour ne pas tuer le rêve d’une petite fille de 4 ans…d’accord, je vais acheter double barbe et surtout éviter tout contact avec Chloé pour ne pas qu’elle me reconnaisse. Et me préparer avant surtout!

Je fais souvent ça, je fonce sur un projet, je dis oui sans mesurer les conséquences de ma décision, je fais, je vais à fond et je me rends compte que ce n’est pas si simple.

Et je vous promets en exclusivité la semaine prochaine la vidéo de ma prestation…ca va paraître ridicule mais on va filmer le passage du père noël.

Et vous, il y a un père noël chez vous?

Ca y est…je reviens sur Paris en début d’année.

Je me sens un peu nostalgique…je crois que je n’ai jamais aimé les adieux quelqu’ils soient…

Mais oui je reviens à Paris et j’ai commencé mon processus de deuil. Deuil de tout ce que je laisse à Londres…Les amis, les collègues, la vie londonienne, la clique d’amis célibataires de 30 et plus, les magasins ouverts le dimanche, la politesse et la bonne éducation…

Je n’ai jamais aimé les au revoir. J’ai toujours du mal avec les séparations. Mais ces 4 années de Londres se terminent. 4 années avec des hauts et des bas, des joies et des peines.

4 années où je dois beaucoup à plusieurs personnes qui m’ont aidé à un moment.

Je ne réalise pas ou plutôt pas encore.

En tout cas j’ai décidé de faire une leaving do comme on dit ici, une soirée de départ et ca sera le samedi 14/01 pour marquer le coup et fêter ça avec les personnes qui me sont proches et moins proches aussi.

Bon je termine sur une vidéo qui j’espère reflétera mon année qui vient avec du fun et du réel (et toujours du virtuel mais qui mène au réel…bref vous comprendrez à la fin).

PS: je suis d’humeur triste et nostalgique en cette fin d’année, mon départ de Londres me ramène tellement de souvenirs…Je ne suis pas encore à Paris dans ma tête.

Depuis l’an dernier, je suis de très prêt la conférence organisée par mon ami Luke Brynley-Jones de Our Social Times…Il y a eu la première version en décembre 2010 et donc la 2e cette année, le 6 décembre prochain à Paris dans les salons St Honoré.

Sur Twitter, vous pourrez tout suivre avec le hashtag: #SCRM11

La conférence social CRM 2011, c’est quoi?

La conférence social CRM 2011 réunira tous les principaux experts des médias sociaux, du marketing online et de la relation clients pour échanger autour des dernières analyses, tendances et techniques de Social CRM.

Entre autre des têtes bien connues du secteur comme la start-up Française très dynamique, Synthesio et Loic Moysan, l’équipe de “We Are Social” avec Sandrine Plasseraud (mon amie rennaise de l’étape:), la Community Manager de Voyages-Sncf.fr, Yaelle Teicher.

Et à la mode anglo-saxonne, il y aura beaucoup d’études de cas et de l’interactivité…comme l’an dernier pour ceux qui y étaient déjà!

Moi un aficionado du recrutement 2.0…

Moi j’y serai pour faire le pont entre mon activité de conseil et formation en recrutement 2.0 et le marketing sur les médias sociaux…je crois que j’ai beaucoup de chose à apprendre et ça me fait vraiment du bien d’en sortir et de prendre un peu de hauteur de ce milieu des RH qui est très consanguin. Pêcher des idées, réfléchir différemment…et rencontrer des personnes extérieures à mon activité…autant d’avantages pour moi.

Une place à gagner, comment?

Et en plus, je vous offre la possibilité de gagner une place pour la conférence (valeur faciale de 195 euros quand même) en laissant un commentaire sur cet article. Je choisirai de façon aléatoire un gagnant…avec ma main innocente!

Oui, on m’a dit un jour, “tu ne seras jamais un chef d’entreprise…” sous-entendu “tu n’as pas la mentalité ni les capacités business.”

Et pourtant, dans moins de 2 semaines, je vais réaliser un projet dont je rêvais depuis 1 an…cette conférence qui existe bel et bien. Link Humans commence à se faire un nom en France après un long travail, l’entreprise avance bien.

Et je suis fier ce qui a été réalisé. Fier aussi de ce que j’ai fait. Si j’avais dû prendre ce feedback/commentaire au 1er degré de quelqu’un que j’aimais beaucoup, je me serais arrêté.

C’est facile avec le recul, mais au moment ou on me l’a dit, ca m’a touché. Je l’ai pris justement au 1er degré…puis je me suis dit que non ce n’était pas vrai puis je me suis lancé dans le “faire” pour oublier et montrer que je pouvais le faire.

Maintenant ces phrases n’ont plus beaucoup d’importance car je me suis approprié mon projet d’entreprise, je l’ai accepté comme un rêve de faire un “job I love”. J’ai lutté pour montrer que j’étais capable de le faire, puis aujourd’hui je ne lutte plus mais je me bats pour moi et le projet.

La nuance est de taille…je ne lutte pas “contre” mais je lutte “pour”.

Oui, Je suis un chef d’entreprise avec mes défauts et surtout en complément avec les compétences d’autres personnes qui m’entourent et me soutiennent.

C’est à celles-là que je dédie ce billet. Ces personnes (amis, famille et associés…) qui sont à mes côtés et qui me soutiennent.

PS: et ne me demandez qui a dit ça…je ne le dirais pas :)

Et vous, vous avez des contrats, des phrases comme celle-là qui vous ont été dites?